personnages se passant des pièces de puzzle

Nos services sont destinés à aider à porter la réflexion sur une société plus inclusive pour les enfants et leurs familles, principalement dans les milieux qui leur sont destinés, à savoir en priorité l’Ecole. Mais pas que…

Ces services sont – et ce n’est pas exhaustif – destinés aux associations de première ligne qui sont en lien avec les familles, les associations de deuxième ligne, les Hautes écoles, les enseignant.e.s, les syndicats, etc. , bref à toutes celles et tous ceux qui visent à rendre l’Ecole plus inclusive et/ou qui veulent améliorer les Droits de tou.te.s les enfants.

Nous sommes également à disposition des Pouvoirs locaux ou Pouvoirs organisateurs qui souhaitent aborder une réflexion sur l’accueil inclusif ainsi que sur l’Ecole inclusive et qui réfléchissent à rendre leur extrascolaire et/ou leur.s école.s LGBTQI+-friendly, et donc, des Lieux et des « Ecoles Pour Tou.te.s ».

Depuis de nombreuses années, la Ligue des Droits de l’Enfant lutte contre toutes les formes de discrimination scolaire. Celles-ci sont souvent perpétuées par notre système éducatif qui reproduit et amplifie les inégalités sociales. Ces dernières sont généralement construites et renforcées dès le plus jeune âge, déterminant souvent déjà les parcours scolaires et les chemins de vie d’un nombre important d’enfants.

Ce sont des problèmes auxquels vous êtes sans doute confronté·e·s au quotidien : les orientations abusives vers l’enseignement spécialisé, l’échec scolaire, le décrochage scolaire, la fabrication et le renforcement des stéréotypes et donc des discriminations. Ce ne sont que des exemples parmi d’autres de violations de droits.

La Ligue propose ainsi un service destiné aux Citoyen.ne.s, Communautés, Associations, Institutions, Pouvoirs locaux ou fédéraux qui veulent réfléchir et oeuvrer à la mise en place d’écoles véritablement « Droits de l’Enfant ».

La Ligue est fermement convaincue que ce n’est qu’avec le soutien de toutes les associations, qu’elles soient de première ligne ou de deuxième ligne, et de toutes les actrices et tous les acteurs cités ci-dessus et pouvant exercer un impact nécessaire sur le terrain scolaire, que des écoles véritablement inclusives pourront voir le jour. Des écoles, donc, qui promeuvent un enseignement inclusif et coopératif et ce, afin d’avancer ensemble, progressivement, vers une société plus inclusive.

Par ailleurs, nous sommes notamment là pour accueillir et informer les familles elles-mêmes et/ou toute personne qui souhaite s’impliquer dans ce contexte d’action.

Nos services peuvent se décliner sous forme de présentation d’une problématique, de débat, de table-ronde ou de participation à un colloque, une conférence, une journée de réflexion, etc.

  • Pourquoi dire STOP aux orientations abusives vers le spécialisé ?

N’attendons pas la fin de l’année. Il est nécessaire d’intervenir rapidement, de manière proactive et préventive, afin de permettre aux familles de connaitre leurs droits et donc, de faire un choix conscient, tout en étant soutenues lors des négociations avec les écoles. Les orientations abusives ne se produisent pas exclusivement fin juin, elles peuvent être proposées aux familles à tout moment de l’année.

 

  • Le redoublement est inefficace. Il engendre un important décrochage scolaire. Il faut donc changer de paradigme si l’on veut rendre une école inclusive.

Une École sans échec est une École qui propose une éducation positive et, donc, des pédagogies adaptées, participatives dont l’évaluation formative. Une école où chaque enfant est acteur et actrice de ses propres apprentissages. Comment lutter contre l’échec scolaire en repensant l’École ?

 

  • Troubles de l’apprentissage, aménagements « raisonnables » et Pôles territoriaux

Depuis 2018 les écoles doivent mettre en place des aménagements raisonnables pour tous les élèves à besoins spécifiques. Les Pôles territoriaux auront la mission d’accompagner les écoles dans cette dynamique. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce que des besoins spécifiques ? Et comment peut-on aider des élèves qui n’ont pas de besoins spécifiques ? Chaque enfant, quelle que soit sa spécificité, a le droit de progresser tout en restant dans une école/classe « ordinaire », avec ses pairs.

 

  • Qu’est-ce que l’École inclusive ?

Le concept d’École inclusive n’est pas compris clairement dans notre système scolaire. Pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, c’est d’y intégrer des élèves à besoins spécifiques. Pour l’Unesco, c’est de créer l’École de tous et de toutes, sans distinction d’origine, de difficultés spécifiques, de religion, de sexe, de handicap, de préférences sexuelles, etc. avec l’aide d’enseignantes et enseignants spécialisés. Comment rendre une école inclusive ?

 

Nous travaillons à d’autres services à mettre en place à partir de 2023 :

  • Comment rendre notre extrascolaire vraiment pour tous et toutes/LGBT+ friendly ?
  • Comment rendre mon école vraiment pour tous et toutes/LGBT+ friendly ?
  • On sait qu’il est impossible d’évaluer avec des points. Comment faire pour évaluer autrement ?
  • Qu’est-ce qu’une école vraiment inclusive ? Débat autour de notre Mémorandum.

Il y a-t-il d’autres propositions, contenus ou services dont vous pourriez avoir besoin et/ou que vous jugez nécessaire ?

Communiquez-le-nous ! Notre intervention ne peut que s’enrichir des besoins du terrain même.

Modalité pour profiter d’un service

Nous tentons d’adapter nos services en fonction des besoins et des possibilités des demandeuses et demandeurs. Cela peut aller de l’intervention dans un colloque, dans une table-ronde, dans un atelier de réflexion, dans une association, dans une école, une province, etc.

Mais cela peut également être un moment d’information sur une des thématiques ci-dessus et de table-ronde afin de permettre aux citoyen.ne.s intéressé.e.s de réfléchir à la construction de leurs projets. Ces interventions ont, en général (mais c’est négociable) une durée de 2h30 et se tiennent, soit à la Ligue des Droits de l’Enfant, soit chez l’institution demandeuse, en matinée, de 9h30 à 12h00.

Notre philosophie repose sur une participation active et donc sur une contribution importante des participant·e·s à un réel processus d’échanges. Nous estimons essentiel de s’alimenter mutuellement, notamment au moyen de la valorisation de vos pratiques, expertises de terrain et/ou vécus.

Demandes d’un service

En cas d’intérêt pour l’une ou l’autre thématique, il suffit de prendre contact avec la Ligue des Droits de l’Enfant au 02/465.98.92 (de 9h à 16h30). Cela se fait en général au siège de la Ligue mais il est possible de les délocaliser dans un autre lieu. Dans ce cas, des frais de déplacement pourraient être demandés en plus de la cotisation (voir ci-dessous).

Conditions

La Ligue n’est qu’une micro-association qui n’a, surtout, jamais bénéficié d’aucune forme de subside. Nous vous demanderons de devenir membre de la Ligue et donc, de verser votre cotisation (voir https://www.liguedroitsenfant.be/devenez-volontaire/). Une légère contribution supplémentaire par participant·e pourrait être demandé en cas de mise à disposition de documents et de supports, ainsi que pour l’organisation d’une pause-café. Pour tout service rendu en dehors des locaux de la Ligue des Droits de l’Enfant, des frais de déplacement seront demandés.

 

Adresse des formations :

Ligue des Droits de l’Enfant

Hunderenveld 705

1082 Berchem Sainte-Agathe

02 465 98 92

Accessibilité