Un enseignant ne donne pas de devoirs ou peu ! Par contre, un professeur, si ! Mais, est-il pour autant hors-la-loi ?

Si en France les devoirs sont interdits depuis 1956, dans l’enseignement francophone belge les « travaux à domicile » sont régulés depuis 2001[1] uniquement pour l’enseignement primaire[2]. Il s’agit donc d’une OBLIGATION que doit respecter chaque… professeur !

Les travaux à domicile sont ainsi définis : « activité dont la réalisation peut être demandée à l’élève, en dehors des heures de cours, par un membre du personnel enseignant. Cette définition englobe donc tous les travaux que selon les écoles, on nomme devoirs, leçons ou encore activités de recherche ou de préparation, …  Les dispositions prévues concernent donc bien toutes ces activités et pas uniquement ce qu’il est coutumier d’appeler « devoirs » [3]».

Les travaux à domicile sont une faculté laissée aux écoles, pas une obligation qui leur serait faite. Cela signifie que les équipes éducatives qui souhaiteraient fonctionner sans travaux à domicile peuvent bien entendu le faire. Certaines le font déjà. D’autres y réfléchissent.

Les travaux à domicile sont interdits à l’école maternelle. En première et deuxième années primaires, les travaux à domicile sont interdits, mais certaines activités sont autorisées (de courtes activités par lesquelles il est demandé à l’élève de lire ou de présenter à sa famille ou à son entourage ce qui a été réalisé ou construit en classe sont, par contre, autorisées).

Pour chaque élève, la durée journalière de ces travaux ne peut excéder 20 minutes en 3ème et 4ème primaires et 30 minutes en 5ème et 6ème. Il s’agit ici d’une référence que chaque enseignant doit avoir à l’esprit quand il définit les travaux à domicile. Il ne s’agit évidemment pas d’un strict minutage chronométré pour chaque enfant.

Les travaux à domicile doivent être adaptés au niveau d’enseignement et doivent toujours pouvoir être réalisés sans l’aide d’un adulte. Les travaux à domicile doivent être conçus comme le prolongement d’apprentissages déjà réalisés durant les périodes de cours. Les travaux à domicile doivent prendre en compte le niveau de maîtrise et le rythme de chaque élève. Ils ne peuvent jamais donner lieu à une cotation. Il doit être accordé un délai raisonnable à l’élève pour la réalisation.

Mais, soyons clair, pour tout enseignant un peu pédagogue qui se respecte, l’essentiel du travail se fait en classe. Les devoirs ne devraient être une exception qu’en fin de secondaire. En effet, une étude australienne a montré que les élèves étudiant dans un pays où le temps consacré aux devoirs est important, ont de moins bons résultats au Programme international pour le suivi des acquis des élèves (Pisa) effectué tous les trois ans depuis 2000, ainsi qu’aux examens mis en place par les écoles elles-mêmes. Selon l’étude, surcharger les enfants de travail en primaire n’améliore pas leurs résultats, ça paye un peu plus au collège si les élèves reçoivent une aide. C’est seulement à partir de l’âge de 15 ans, c’est-à-dire durant les années lycée, que les devoirs «renforcent les performances scolaires des élèves»[4].

Donc, comme professeur en section primaire, si je dépasse les prescrits, je suis par définition hors-la-loi. Dès lors, comment serai-je encore crédible auprès de mes élèves quand je leur demanderai de respecter le règlement de la classe ou de l’école. Un hors-la-loi peut-il être plausible quand il demande aux élèves de faire ce que lui-même se refuse de faire ?

En secondaire, les professeurs devraient se référer à l’étude ci-dessus qui en confirme d’autres, à savoir que les travaux à domicile ne sont efficaces qu’en fin de secondaire et à certaines conditions (relire « Des bénéfices pas toujours démontrés »). Avant cela, comme cela a été démontré, on sait combien les devoirs à domicile n’apportent rien.

A suivre… Les devoirs doivent être corriges. Comment font les professeurs ?



[1] Dans le décret Missions, l’article 78 §4 fut modifié par ce décret du 27 mars 2001.

[2] Durant la législature 1999-2004, nous avons eu deux ministres de l’enseignement. Un pour le fondamental et un autre pour le secondaire. C’est le premier qui a œuvré dans le sens de la défense des droits de l’enfant. L’école secondaire a eu moins de chance…

[3] Circulaire n° 57 : Régulation des travaux à domicile dans l’enseignement fondamental. Décret du 29 mars 2001

[4] Slate Live, 3 avril 2012 Trop de devoirs tue la réussite scolaire

Pin It on Pinterest

Share This