La réalité des devoirs à la maison n’est pas souvent radieuse : énervement des enfants et des parents, stratégies d’évitement, problèmes relationnels entre enfants et parents – voire des parents entre eux – temps passé à réexpliquer des notions qui n’ont pas été comprises en classe, malentendus voire incompréhensions autour de ce qu’attend le professeur, etc.

L’externalisation des apprentissages de l’école vers la famille pourrait sembler être un bon compromis entre familles en demande et école heureuse de se décharger de certaines de ses missions. En réalité, elle l’est surtout pour l’école, celle-ci se déchargeant d’une partie des tâches pédagogiques qu’elle a mission d’accomplir et pour lesquelles elle est financée, et les professeurs payés.

D’un autre côté, la famille s’y retrouve, recevant enfin la possibilité d’influer sur les apprentissages de leur enfant. Mais la réalité est-elle aussi enchanteresse ?

Au XXIe siècle, l’institution familiale ne ressemble plus guère à celle qui prévalait un siècle plus tôt, lors de la mise en place des devoirs et autres travaux à faire à domicile. Elle revêt des formes diverses et variées : mono ou biparentales, décomposées et/ou recomposées ; enfants adoptés, sous garde alternée, voire en institution. Les mères sont actives sur le marché du travail et ont moins de temps pour accompagner les devoirs de leur progéniture. Les enfants sont de plus en plus pris en charge à l’extérieur du cocon familial, ce qui a une incidence non négligeable sur l’organisation et l’emploi des familles.

Concilier travail et temps familial est devenu plus difficile. Les temps partiels, les horaires décalés ou les distances de plus en plus longues entre la maison et le lieu de travail restreint le temps passé à s’occuper de ses enfants. D’autant qu’une fois rentré à la maison, les devoirs sont dans le chemin. Priorité au souper, aux douches, à l’entretien de la maison, à s’occuper des plus jeunes et on verra le temps qu’il reste pour les devoirs. C’est ce que l’école appelle « la démission parentale ». Cependant, beaucoup de familles sont devenues des championnes de l’organisation et de la gestion du temps que l’école et ses devoirs s’ingénient à perturber, en ajoutant une surcharge à leurs charges hebdomadaires.

Les devoirs sont source de stress et sont au cœur des tensions entre l’école et la famille, mais aussi au sein même de la famille[1]. Ne se contentant pas de leur « bouffer » leur temps disponible, les devoirs engendrent des difficultés résultant de leur manque de compétence pédagogique et de l’imprécision de leur rôle en matière de soutien aux devoirs.  Pour les parents, cela amène au sein de l’espace domestique toute une série de tensions qui traversent tous les milieux sociaux, même si ces tensions se manifestent plus tôt et de façon plus vive dans les milieux défavorisés.

Dans les familles dont un enfant a des difficultés d’apprentissage, les défis sont plus grands encore. Plus celui-ci a des difficultés, plus le temps consacré aux devoirs est allongé, moins l’enfant est autonome et plus les problèmes sont grands. Et plus l’énervement gagne toutes les parties. Pour les élèves en difficultés d’apprentissage, les devoirs sont une souffrance. Ce qui est la définition même de la maltraitance !

Les études montrent un réel paradoxe : si pour 82 % des professeurs, un des intérêts du travail à la maison est de favoriser le lien famille-école, seuls 35 % des familles partagent cette idée[2]. Ce lien est remis en cause par de nombreux chercheurs car, si l’école et les méthodes d’enseignement ont beaucoup changé ces dernières décennies, les devoirs donnés à la maison restent de classiques activités de mémorisation et de répétition. En cela, ils n’illustrent en rien ce qui a été fait en classe et donnent une idée fausse des activités scolaires. On peut donc légitimement s’interroger sur la pertinence de ce lien.

A suivreL’implication des familles a des effets positifs sur les devoirs… mais pas sur les apprentissages



[1] Cooper, Harris, Jorgianne Civey Robinson and Erika A. Patall (2006), ibid.

[2] Begoc F., 2001-2002, « Les devoirs à la maison », http://florent.begoc.pagesperso-orange.fr/

Pin It on Pinterest

Share This