Dans différentes recherches, Cooper (2007) a relevé que les professeurs américains attribuent des effets positifs, mais également négatifs aux devoirs. Les effets qu’ils estiment positifs sont invoqués pour justifier leurs pratiques en matière de devoirs[1] :

Effets positifs Effets négatifs
Résultats immédiats et apprentissage :
Meilleure rétention des savoirs
Augmentation de la compréhension
Meilleur sens critique, meilleure conceptualisation et meilleur traitement de l’information
Enrichissement du curriculum

Effets à long terme sur l’apprentissage:
Encourage l’apprentissage pendant les temps libres
Améliore l’attitude envers l’école
Développe de meilleures habitudes d’étude et de travail

Effets extrascolaire :
Plus grande capacité d’organisation
Plus grande discipline personnelle
Meilleure gestion du temps
Davantage de curiosité
Plus de compétence dans la résolution de problèmes
Plus grande satisfaction des parents envers l’école et plus grande implication à l’école  
Effet de saturation :
Perte d’intérêt envers le matériel utilisé
Fatigue physique et émotionnelle
Manque de temps libre et de temps destiné à d’autres activités dans la communauté (sports et autres)

Interférences de la part des parents :
Pression pour terminer les devoirs sans faute
Confusion dans les techniques d’apprentissage

Tricherie :
Copie sur d’autres travaux d’élèves
Aide qui va au-delà du tutorat
Augmentation de l’écart entre les élèves performants et les élèves en difficulté.  

Au regard de ces éléments, on se retrouve avec deux groupes. D’une part, les professeurs, ceux qui donnent des devoirs parce qu’ils estiment que les bénéfices sont supérieurs aux effets négatifs ; et d’autre part les enseignants, ceux qui estiment le contraire, à savoir que les effets négatifs sont supérieurs à des effets positifs non démontrés.

A suivre : Les parents en sont convaincus : les devoirs participent à la réussite de leurs enfants.



[1] Cooper (2007)

Pin It on Pinterest

Share This