En 2012 déjà, on estimait que les enfants belges consommaient près d’un demi-litre de sodas par jour. Actuellement, plus de la moitié des 4-18 ans ont un apport quotidien excessif en sucre. Et il ne s’agit pas de n’importe quel sucre. Celui qu’on retrouve dans les sodas étant liquide, il est plus facilement assimilé par l’organisme et par conséquent bien plus dangereux.

Il y a une augmentation constante du nombre de malades de diabète et d’obésité chez nos enfants. Pire encore, on a découvert qu’une ingestion quotidienne de soda peut mener à une maladie propre à la consommation de ces boissons qu’on nomme NASH (acronyme anglais désignant une stéato-hépatite non alcoolique)  ou « maladie du soda ». Une maladie qui peut évoluer jusqu’au cancer du foie !

L’urgence de protéger les enfants et jeunes de ces bombes à calories a conduit à une première interdiction de leur vente dans les écoles en 2004. Interdiction jamais totalement suivie et qui a même été levée par la suite.

Mais interdire ces boissons suffit-il à enrayer le problème d’obésité des enfants ? Le problème des sodas et de leurs conséquences sur la santé des mineurs n’est-il pas le symptôme d’un problème plus profond et plus global de notre société de consommation ?

Qu’est-ce qu’un soda ?

Un soda est une boisson gazeuse, sucrée aromatisée. Ce type de boisson est très populaires dans tous les pays. Il n’existe pas une mais plusieurs sortes de sodas : les plus connus sont les colas, les limonades, les sodas fruités, les sodas classiques, les boissons énergisantes, etc.

C’est au 18 siècle et depuis « l’invention » de l’eau gazeuse que les sodas sont apparus. Cette boisson est principalement composée d’eau, d’une grande quantité de sucre ou d’édulcorants comme l’aspartame utilisés dans les sodas « lights », d’antioxydants, d’acidifiants (acide phosphorique et citrique), de différents types d’extraits de plantes et de bien d’autres additifs chimiques. Elle est sursaturée en dioxyde de carbone pour être effervescente quand la bouteille ou la cannette est ouverte (d’où la provenance des bulles). On peut remarquer qu’une fois les bulles parties, le sucre devient trop fort au goût, au point d’être quasi-imbuvable.

Ces boissons sont préparées à l’aide de différents procédés chimiques. A aucun moment les fabricants n’utilisent de produits naturels, à part l’eau.

Les recettes de certains sodas demeurent un mystère, comme celles de Coca-Cola qui refuse strictement de la dévoiler au public… C’est à se demander pourquoi. Qu’est-ce qu’il pourrait bien avoir d’autres à cacher dans ces boissons ?

Les sodas et les enfants

Si les plus grands consommateurs des sodas sont les jeunes ados, c’est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur chez les enfants, alertent les spécialistes.[1] 

En 2019 des recherches sur les dangers des sodas ont été menées par l’Inserm en France. Les résultats de ces recherches sont sans appel : il faut protéger la population de ces boissons et en particulier les enfants. Les résultats de ces recherches ont révélé que boire plus de 33 cl de soda, soit une cannette par jour comporte de nombreux dangers pour l’organisme et abîme en premier lieu le foie. Une cannette de coca contient l’équivalent de 8 morceaux de sucre. C’est beaucoup trop, surtout quand ce dernier se trouve à l’état liquide car facilement assimilé par l’intestin qui le transforme en graisse dans le foie. « La maladie du foie gras » est justement l’autre surnom de la maladie du soda (ou NASH).

Cette maladie se caractérise par une accumulation trop importante de graisses dans les cellules du foie avec des complications hépatiques pouvant mener à une inflammation. D’abord diagnostiquée aux États-Unis où ils sont bien moins chers qu’ailleurs, la maladie du soda est de plus en plus fréquente dans notre pays et touche 5% des belges, sachant que les gros consommateurs de ces boissons sont les adolescents. Par ailleurs, plusieurs études ont montré que les cirrhoses, les cancers et les transplantations du foie sont en nette augmentation ces dernières années, en lien direct avec l’augmentation du nombre de personnes atteintes du NASH.[2]

Ces apports excessifs en sucre sont d’autant plus préoccupants pour nos enfants que c’est dans l’enfance et l’adolescence que s’acquièrent les bonnes ou les mauvaises habitudes alimentaires qui risquent d’être conservées à l’âge adulte et de favoriser d’autres maladies comme le diabète. Avec une augmentation de 3,7% par an du nombre de nouveaux cas de diabète chez les enfants belges, il y a urgence de sensibiliser sur les dangers de cette boisson et des aliments sucrés en général chez nos enfants. Une maladie qui se présente de plus en plus à un âge plus jeune chez ceux en dessous de 15 ans.[3]

L’autre problème est celui du surpoids et de l’obésité. Comme le diabète, ils n’ont fait qu’augmenter ces vingt dernières années. Un enfant belge sur cinq présente du surpoids et près de 6% [1] d’entre eux sont obèses (contre 33% de la population dans l’ensemble, c’est-à-dire avec un Indice de Masse Corporelle supérieur ou égal à 30, soit le tiers de la population !)[2]

Les effets du sucre sur les enfants sont encore plus graves que sur les adultes, la prise de poids s’installant plus profondément. Le sucre étant un perturbateur métabolique, il devient bien plus difficile pour eux de perdre du poids et de brûler les graisses.

En plus de provoquer une hyperglycémie, il cause aussi une hyperlipidémie avec des taux de cholestérol élevés alors que le bon cholestérol est anormalement bas. Ces syndromes sont un terrain fertile non seulement au développement du diabète mais aussi aux maladies cardio-vasculaires.

Sa consommation affecte aussi le cerveau : le sucre est considéré comme ayant des effets addictifs aussi puissants que la cocaïne.

Par ailleurs, des chercheurs américains ont démontré que les sodas sont des leviers forts des troubles de la nervosité  et qu’il y a un lien entre agressivité et violence chez des enfants consommant des boissons sucrées. [3]

Dans ces boissons, le sucre n’est pas le seul problème. Les listes d’ingrédients renferment d’autres dangers pour nos enfants bien moins connus et peut-être tout aussi graves.

Les sodas doivent avoir une couleur et un goût qui plaisent aux gens et être conservées longtemps, c’est pourquoi on y ajoute de nombreux conservateurs, acidifiants et autres additifs chimiques dont on découvre de plus en plus la dangerosité. L’un des ingrédients, le phosphate, est un perturbateur osseux, qui court-circuite le métabolisme du calcium. Les os sont alors affectés et la décalcification est en marche! Plus tard, c’est à l’âge adulte que les effets désastreux se feront sentir.

L’acide qui se trouve en grande quantité dans les sodas permet notamment de décaper le métal et s’avère être un excellent nettoyant. Les dents sont les premières victimes de cette attaque acide, dont l’émail qui est la couche superficielle et protectrice, s’effrite.

Le schéma suivant donne une idée plus complète des risques encourus par l’ingestion des sodas.

Un mal qui cache un autre bien plus grand ?

On estime aujourd’hui à plus de 25.000 les distributeurs de sodas installés dans les écoles, soit 14% de l’ensemble des distributeurs présents dans le pays ![1]  Si ces derniers ont été retirés des écoles primaires, 65% des écoles secondaires en possèdent encore[2]. Pourquoi ? Parce que derrière cette offre alimentaire, il y a des enjeux financiers et donc une logique marchande. Ces distributeurs apportent une importante source de revenus aux écoles qui leur permet de pallier le manque de ressources structurelles. C’est, quelque part, une manière de faire participer les élèves aux frais de leurs études[3].

Du côté de l’Etat, c’est la même chose. La Belgique a instauré il y a 5 ans la Taxe soda, théoriquement pour lutter contre la consommation de ces boissons et contre l’obésité, pour encourager aussi un modèle d’alimentation plus sain ainsi que pour faire faire des économies à notre système de santé. Si ces accises n’ont pas fait diminuer la consommation de sodas, cette opération a été juteuse pour le Trésor public. En réalité, l’objectif officiel de cette taxe un leurre !

La Fédération belge des Eaux et Boissons rafraîchissantes reproche justement à l’Etat de servir à financer le Tax shift et à équilibrer le budget de l’État plutôt que de lutter contre l’obésité comme il le prétend. L’Etat fait ainsi de gros bénéfices, au détriment du porte-monnaie et de la santé de la population. Tout le mal est là : on fait passer le profit au détriment de la santé, toujours en prétendant lutter pour la bonne cause afin de mieux faire passer la pilule à la population. Cet argent gagné grâce à la Taxe soda aurait pu être investi dans les écoles qui ne seraient alors plus obligées de garder leurs distributeurs de sodas.

On aurait pu l’investir dans la formation des professeurs qui, après avoir eu une formation solide, seraient mieux outillés et rempliraient mieux leur mission d’éducation aux bonnes habitudes alimentaires envers des élèves qui en ont bien besoin.

On aurait pu aussi l’investir dans la distribution gratuite de fruits et légumes, de soupes et d’autres boissons et aliments sains dans les cantines scolaires.

Conclusion

Mettre en garde sur les dangers des sodas comme sur la malbouffe en général, concerne autant les enfants que leurs parents. Etant les premiers éducateurs de leurs enfants, le comportement des parents joue un rôle primordial dans l’éducation à l’alimentation. C’est eux aussi qui achètent les aliments sains ou moins sains et qui préparent les repas à la maison.

S’ils veulent que leur enfant mange bien, nombreux de ces parents s’y prennent mal. Inconscients du danger, « des parents prennent de plus en plus l’habitude de mettre du coca ou des jus dans le biberon des bébés ! Ils carburent au soda et ne veulent plus boire de l’eau. Les plus petits sont plus facilement addicts au sucre, une appétence innée. » ![1] rapporte un médecin français.

Vient ensuite l’école qui doit assurer sa mission éducative, en multipliant par exemple des missions d’information et de prévention avec des journées sans sodas. Organiser ensuite une semaine pour les fruits, puis pour les légumes, puis encore une journée sportive, etc. Si des écoles organisent de telles actions avec les moyens du bord, les systématiser permettraient à tous les enfants d’en bénéficier.

Mais la consommation de sodas est d’abord fortement liée à la précarité sociale et économique : les conditions de vie, les appartenances sociales, l’éducation, les représentations de l’alimentation, la culture familiale et les liens sociaux sont des paramètres qui influencent fort les comportements alimentaires. Ensuite, la publicité, le marketing et les prix généralement bas de la malbouffe orientent les choix des consommateurs, surtout des plus pauvres.

La lutte contre la consommation de sodas, contre l’obésité et la mauvaise alimentation en général passe inévitablement par la réduction des inégalités sociales. Cette lutte ne peut se faire que via une politique alimentaire intégrée favorisant l’accès à une alimentation de qualité pour tous et qui reste à construire.

Le gouvernement a les moyens de le faire : les Taxes soda ont triplé en 3 ans, ce qui permet à l’Etat de se sucrer sur le dos des consommateurs, au lieu d’investir les énormes sommes engrangées dans la santé et l’éducation à la santé de la population.  Il a, au moins, les moyens de financer le repas de midi, le seul véritable repas de la journée qui pourraient bénéficier aux nombreux enfants et jeunes issus de familles précarisés.

[1] https://www.fieb-viwf.be/fr/boissons-rafraichissantes/chiffres-et-tendances/

[2]  http://www.leparisien.fr/societe/sante/une-seule-canette-de-soda-par-jour-c-est-deja-trop-pour-votre-foie-09-07-2019-8113320.php

[3] https://www.rtl.be/info/magazine/sante/maladie-du-soda-un-belge-sur-trois-est-considere-comme-a-risque-voici-comment-savoir-si-on-en-souffre-1132400.aspx et https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2070237-maladie-du-soda-nash-definition-symptomes/

[4 et 5] http://www.bdronline.be/index.php?n=118&id=119&sid=119&taal=F&mnav=1

[6] https://his.wiv-isp.be/fr/Documents%20partages/NS_FR_2018.pdf

[7] https://www.e-sante.be/surpoids-chez-enfants-belges/breve/1173

[8] http://injuryprevention.bmj.com/content/early/2011/10/14/injuryprev-2011-040117.abstract

[9] https://www.info-pharma.org/dangers-soda-infographie/

[10 et 11] https://ligue-enseignement.be/les-canettes-a-lecole-saga-politique-marche-juteux/

[12] Pour rappel, l’école est gratuite et doit le rester

[13]  http://www.leparisien.fr/societe/sante/une-seule-canette-de-soda-par-jour-c-est-deja-trop-pour-votre-foie-09-07-2019-8113320.php

SOURCES

1. http: // www.cbsnews.com/news/soda-a-day-may-lead-to-heart-attacks-in-men/


2.http: // www.topsante.com/medecine/troubles-cardiovasculaires/infarctus/prevenir/les-sodas-

Augmenteraie nt-le-risque-d-arret-cardiaque-253006


3.
http: // www.ohmymag.com/coca-cola/cet-homme-a-bu-10-canettes-de-coca-par-jour-pendant-un-mois-le-resultat-est-juste-hallucinant_art82952.html

4.http: // onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1440-1843.2011.02115.x/abstract

7.http: // injuryprevention.bmj.com/content/early/2011/10/14/injuryprev-2011-040117.abstract

8.http: // www.ens-lyon.eu/recherche/bisphenol-a-d-autres-mecanismes-d-action-reveles-in-vivo–228835.kjsp?RH=ENS-LYON-FR

9.http: // www.inserm.fr/espace-journalistes/l-effet-nefaste-du-bisphenol-a-prouve-experimentalement

10. http: // ehp.niehs.nih.gov/1307728/

11.http: // www.termlifeinsurance.org/

12. http: // www.leparisien.fr/societe/sante/une-seule-canette-de-soda-par-jour-c-est-deja-trop-pour-votre-foie-09-07-2019-8113320.php

13.https: // ligue-enseignement.be/les-canettes-a-lecole-saga-politique-marche-juteux/

14. http: // www.bdronline.be/index.php?n=118&id=119&sid=119&taal=F&mnav=1

15.https: / /his.wiv-isp.be/fr/Documents%20partages/NS_FR_2018.pdf

16.https: // www.e-sante.be/surpoids-chez-enfants-belges/breve/1173

18. http: // www.leparisien.fr/societe/sante/une-seule-canette-de-soda-par-jour-c-est-deja-trop-pour-votre-foie-09-07-2019-8113320.php

19. https : // www.rtl.be/info/magazine/sante/maladie-du-soda-un-belge-sur-trois-est-considere-comme-a-risque-voici-comment-savoir-si-on-en-souffre-1132400.aspx

20.https :// sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2070237-maladie-du-soda-nash-definition-symptomes/

21. http: // www.bdronline.be/index.php?n=118&id=119&sid=119&taal=F&mnav=1

22. https: //www.fieb-viwf.be/fr/boissons-rafraichissantes/chiffres-et-tendances/

Pin It on Pinterest

Share This