Aujourd’hui les aliments produits par les industries sont gorgés de toutes sortes de produits chimique et de synthèse pour rendre les produits plus attractifs à notre vue, notre odorat et notre palais. Obtenir des aliments vraiment naturels est devenu un luxe !
Un additif alimentaire est un élément non nécessaire ajouté à un aliment dans un but technologique. Par exemple, on ajoute un émulsifiant pour donner une stabilité à des ingrédients qui ne pourraient pas tenir ensemble. Les additifs ne sont donc pas comestibles seuls.
On les retrouve dans la majorité des produits alimentaires manufacturés pour plusieurs raison. D’une part les produits vendus dans les magasins viennent de pays de plus en plus lointain et ne pourraient se conserver durant toute la durée du trajet. D’autre part, pour produire à moindre coût et ainsi permettre des prix compétitifs sur le marché, les entreprises fabriquent des aliments dépourvus de matière protéique mais avec du goût ! donc des arômes, exhausteurs de goût, etc…
Néanmoins, tous les additifs ne sont pas nocifs. Par exemple l’agar-agar que l’on peut utiliser dans les confitures comme gélifiant est naturelle. Et tous ne sont pas issus de fabrication de synthèse comme l’acide citrique qui est issu du citron mais il représente néanmoins un danger pour les dents car il attaque l’émail. L’acide citrique n’est pas toujours d’origine naturelle.
La quantité des additifs alimentaires présents dans un produit représentent un faible pourcentage par rapport à la nourriture. Ingurgiter chaque jour une nano-dose d’additif cancérigène n’aura aucun effet à court terme. Cependant, une petite dose toxique journalière pendant 10 ans représente un haut risque. C’est par ce processus que peuvent se développer des cancers ou des comportements hyperactifs chez les enfants.
Voici un récapitulatif pour mieux décortiquer les étiquettes
E 100 Colorant
E 200 Conservateur
E 300 Antioxidant
E 400 Épaississant ou stabilisant
E 500 Correcteur, régulateur, antiacide, anti-agglomérant
E 600 Exhausteur de goût
E 900 Cire, gaz de propulsion, édulcorant
E 1000

L’indication « arômes » seul signifie que c’est un arôme artificiel.
Certains additifs n’ont aucune raison de se trouver dans un aliment. Comme le peroxyde d’acétone (E929) utilisé dans le traitement des farines et que vous retrouverai dans le pain blanc par exemple est en réalité un explosif instable.
D’autres aliments sont d’origine naturelle mais ont été traités avec des produits toxiques. C’est le cas de la pectine amidée (E440ii). La pectine est extraite de la betterave, de la pomme de terre ou d’agrumes et est utilés comme épaississant dans les biscuits, yaourt, confiture, etc… Or le substantif amidé signifie qu’elle a été traitée à l’ammoniaque.
Contenu dans les bonbons, les gelées, les boissons gazeuses, le dentifrice, l’acide citrique peut contenir des métaux lourds et attaque les dents.
Le dentifrice ainsi que des chewing-gums, des bonbons et même des médicaments tels que Dafalgan, le paracétamol, l’ibuprofen, etc… contiennent du dioxyde de titane (E171) qui colore les produits en blanc. Il est issu de minéraux et de chimie de synthèse et représente des effets cancérigènes possibles pour l’homme . On le retrouve dans une quantité inimaginable de produits du quotidien.
Le butylhydroxyanisol, BHA (E320) et le butylhydroxytoluène, Hydroxytoluène butylé , BHT (E321) se retrouvent dans de nombreux aliments, flocons de pommes de terre, céréales, purée en sachet, graisses alimentaires, chewing-gum, etc… et aussi dans certains produits cosmétiques. Cet additif est classé selon plusieurs sources comme « à éviter » , « à éviter absolument » ou « très toxique » car peuvent provoquer des réactions allergiques cutanées, présenter des risques d’effets mutagènes et sanguins, et est aussi suspecté dans l’hyperactivité chez l’enfant.
Le E 141= chlorophylles qu’on retrouve dans les chewing-gums « peuvent être cancérigènes, possibilité d’un excès de cuivre et de métaux lourds ».
L’acide benzoïque, le benzoate de potassium, de calcium et de sodium (de E210 à E2013) est utilisé dans les confitures, les tartes aux fruits, les boissons gazeuses, etc… Il peut avoir une influence sur la croissance de l’enfant et affaiblir l’immunité.
Le nitrate de potassium (E252) et de sodium (E251) utilisés comme conservateurs dans la charcuterie, la viande en conserve, les harengs au vinaigre et certains fromages peuvent être la source d’insomnie, de l’hyperactivité ou de baisse de tension.
Ces exemples ne représentent pas une liste exhaustive de tous les additifs alimentaires toxiques. Voici quelques références pour vous aider :
• Petit Livre de – Additifs alimentaires, d’Hélène LETELLIER
• Additifs alimentaires – ce que cachent les étiquettes, d’Hélène Barbier du Vimont
Faites l’expérience de lire les étiquettes des produits que vous acheter, vous observerez qu’il y a énormément de « E » ou de termes scientifiques incompréhensibles, parfois même plus que d’aliments naturels.
Ce constat parait tout à fait décourageant. Néanmoins, c’est le changement qui représente le plus de difficultés. Il n’est pas évident de changer nos habitudes alimentaires. Mais une fois la documentation rassemblée, il faut prendre l’habitude d’acheter moins et de faire plus.
Il est évident que tous les sodas, bonbons ne sont pas nécessaire au bon développement de l’enfant. Au contraire ils sont toxiques. Si vous avez prévu au menu un caviar d’aubergine ou un guacamole au menu, préférez le concevoir vous-même que de l’acheter au magasin. Vous éviterez ainsi les additifs alimentaires toxiques et bénéficierez de surcroit de la fraicheur et du bon goût de vos aliments. Vous n’avez pas le temps ? Il existe de nombreux site internet qui présentent des recettes faciles et rapides accessibles à toutes et tous.
Privilégiez les produits frais que vous cuisinez vous-même. Plusieurs expériences ont montrés qu’une nourriture saine chez les enfants a une influence positive sur leur comportement et leur réussite à l’école. Comme expliqué ci-dessus, certains additifs provoquent de l’hyperactivité. Dans ce cas en supprimant certains aliments non indispensables tels que les sucreries, l’enfant a plus de chances de vivre une scolarité épanouie.

Sources:

Maria DENIL, Marie-Rose CAVALIER, Paul LANNOYE, Guide des additifs alimentaires, Ed. par le Groupe des Verts au Parlement européen, 1999

Hélène BARBIER DU VIMONT, Danger additifs alimentaires, ce que cachent les étiquettes, Ed.Tredaniel Poche, 2011

http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/27/10-additifs-alimentaires-plus-nocifs-pour-sante_n_2198773.htm

http://www.additifs-alimentaires.net/E321.php

Pin It on Pinterest

Share This