En C.F., de plus en plus d’enfants commencent l’école primaire avec une année de retard, après avoir redoublé leur troisième maternelle. La croyance étant que passer une année de plus en préscolaire n’est pas à proprement parler un redoublement, mais permet une année de préparation supplémentaire à des enfants manquant de maturité qui permettrait d’éviter d’éventuels échecs ultérieurement.

Diverses études (Bell, 1972 ; Mattews, 1977 ; Raygor, 1972, Talmadge, 1981, Gelder, 1984 ; Holmes, 1990 ; Shepard, 1990 ; …) ont été menées sur le sujet. Les conclusions sont édifiantes : quelle que soit la catégorie d’élèves (jugés mûrs, à maturité douteuse, immatures), le fait d’avoir vu son entrée à l’école primaire retardée d’un an constitue un handicap ; leur pourcentage d’échecs sont toujours supérieurs à ceux enregistrés du côté des élèves admis à l’âge légal. C’est surtout pour les élèves immatures que le préjudice est sévère : plus de 80% d’entre eux connaissent l’échec alors qu’ils sont moins de 30% lorsqu’ils ont eu la chance d’entrer en première année à l’âge légal.

Réussite et échec au terme de la 9e année de fréquentation scolaire selon que les élèves ont redoublé ou non leur troisième maternelle, selon deux études menées en Allemagne (Münchener et Kern).

Tous les constats vont dans le même sens : retarder d’un an l’entrée en première primaire est défavorable à tous les enfants mais l’est d’autant plus que les élèves sont jugés immatures (28 % d’échec sans redoublement en troisième maternelle, contre 83 à 87 % d’échec après un redoublement en troisième maternelle).

 

Pin It on Pinterest

Share This