Communiqué de presse 1 septembre 2011

Le Ministre-Président, Monsieur Rudy Demotte, pose enfin la question du redoublement, de son efficacité et de son coût. C’est une démarche que nous soutenons pleinement.

Nous rappelons que l’Education est un Droit de tous les enfants. La Convention internationale donne aux Etats – et donc à leurs systèmes scolaires – une obligation de réussite. Pratiquer le redoublement est, dès lors, un déni de droits ainsi que de la maltraitance institutionnelle.

De nombreuses études nationales et internationales ont démontré définitivement l’inefficacité du redoublement. Non seulement il n’a aucun effet correcteur, mais il est contreproductif. Il est, en outre, précurseur d’autres redoublements, d’orientations précoces et est l’élément déclencheur du décrochage scolaire.

Les seuls effets positifs du redoublement ne sont que pour l’institution scolaire. En effet, il satisfait à des fonctions essentielles que sont la gestion de l’hétérogénéité et le tri des élèves au sein des établissements, permet à l’école de se positionner stratégiquement par rapport aux établissements environnant et aux enseignants de réguler la discipline au sein de la classe.

Les études ainsi que les pratiques pédagogiques mises en place dans les systèmes scolaires efficaces ont montré que seules la remédiation immédiate et la pratique de l’évaluation formative permettaient de lutter contre cette « coutume » antisociale et inhumaine.

L’Ecole en CF utilise l’évaluation dans le seul but de mettre les élèves en concurrence et de pratiquer la sélection. Nous proposons, qu’elle change de paradigme et, plutôt que de pratiquer l’échec, vise la réussite de tous. La pédagogie de maîtrise, par exemple, permet à des enseignants peu formés en pédagogies actives, de mettre en place des pratiques qui visent la réussite du plus grand nombre.

Pin It on Pinterest

Share This